Hot! Ainhoa Pérez-Arróspide – Création d’un centre culturel à Gandiol

   Ainhoa Pérez-Arróspide – Création d’un centre culturel à Gandiol

J’ai rencontré Ainhoa Perez-Arróspide, il y’a quelques jours. Cette jeune femme venue de Bilbao vit au Sénégal depuis quelques mois et accompagne un projet de Centre Culturel à Gandiol, une commune située un peu avant Saint-Louis, au Nord du Sénégal. Un après-midi de janvier, elle me retrouvait à la Boite à Idée, notre espace situé à Mermoz, pour échanger autour de ce projet.

 

Ainhoa : « Tout à commencé après la disparition de ma sœur, qui est décédée suite à un accident.  J’habitais alors à Bruxelles et à ce moment-là, toute ma vie à changer, j’ai dû quitter la Belgique pour retourner chez moi à Bilbao, en Espagne. Là-bas, j’ai retrouvé beaucoup d’amis de ma sœur et parmi eux, il y’avait Mamadou qui vient de la commune de Gandiol. J’avais entendu parler de lui, mais je ne le connaissais pas.

 

10802081_10154939328840436_3738064164028477424_n

 

Mamadou avait en tête un projet de développement pour la culture. Dans son village à Gandiol, il n’y avait rien, ni espace publique, ni activités, ni formations. Ma sœur qui était architecte, a adoré ce projet et un peu avant de partir, elle a dessiné les premiers plans du futur espace culturel. Elle a dessiné quatre bâtiments, dont une bibliothèque, deux salles polyvalentes, et un bâtiment administratif. Tout çà devait être construit en matériaux durables, avec de la terre. Après le décès de ma sœur, d’autres de ces amis architectes, ont décidé de continuer le projet en sa mémoire.

On a décidé d’appeler le centre Sunu Xarit Aminata. La mère de Mamadou avait ainsi renommé ma sœur. Parce que là-bas, quand tu deviens un membre de la famille, on te donne un nom, moi, elle m’a appelé Ramatoulaye. (Rire).

 

con el traje senegales

 

J’ai donc travaillé sur le projet, réfléchis aux activités, organisé les travaux et supervisé la construction du site web et des projets vidéos qui présente le projet. J’ai fait du droit et de l’économie, donc tout çà était un peu nouveau pour moi.

Un peu avant l’été, on a commencé à lever des fonds, ensuite au moment de la rentrée, on est venu maitre les choses en place à Gandiol. J’y ai passé trois mois, trois mois loin de la ville, trois mois à partager une  vie de Village sénégalais… Quand je regarde le chemin parcourus, je me rends compte que tout çà était vraiment intense. Tout d’un coup, on s’est mis tous ensemble, autour du projet, on ne se connaissait pas, on était tous unis grâce à ma sœur. C’était parfois difficile, parce qu’en plus, il y’avait la douleur et le deuil de chacun.

 

IMG-20160711-WA0041

 

On a lancé la construction des bâtiments, puis on a décidé de faire un Procès de Participation avec toute la communauté de Gandiol. L’idée était de les impliquer dès le début, afin qu’ils puissent s’investir et donner leurs idées. Suite à cela, on a organisé des Journées de Portes Ouvertes. C’était bien, parce que chacun faisait quelque chose. On a mis les mains dans l’argile pour recouvrir les murs, on a fait des ateliers de paysagisme pour décider avec la communauté, quels arbres ils voulaient planter et où est ce qu’ils voulaient les installer. On a également fait des rencontres directes avec des associations qui sont sur place pour leurs présenter le projet.

Pendant ce temps là au Sénégal, j’ai rencontré mon âme sœur, Miguel… Là aussi, la vie est surprenante, parce que Miguel travail dans le même bureau d’ingénierue que ma sœur.  A ce moment-là, je me suis demandé ce que j’allais faire. Ma vie avait tellement changé. De retour en Espagne, j’ai décidé de revenir au Sénégal, pour être près du projet et de Miguel, qui travaille aussi à Dakar. Depuis Novembre, je cherche du travail et en parallèle je travaille sur le projet de Gandiol.

 

20170121_135449

 

A Bilbao, j’ai rencontré une ONG qui travaille sur la culture et la communication pour le développement. Ils ont principalement de l’expérience en Amérique latine  mais ils avaient envie de développer des projets au Sénégal. Ils ont décidé de soutenir le projet, depuis on travaille ensemble sur la mise en place du projet.

Notre objectif c’est de mettre en place les formations liés à la culture, l’audio-visuel, l’évènementiel etc. nous voulons aussi crée une radio communautaire et au fur à mesure s’inscrire dans l’agenda culturel sénégalaise. On a cherché des partenaires pour nous accompagner, afin de créer ensemble des activités etc… Le Château par exemple, le lieu de la Compagnie de Danse, Duo Solo. Ils nous inspirent et leur modèle est très intéressant. C’est aussi pour ça, que je me suis rapprochée de Wakh’Art, l’association que vous avez, qui propose aussi des ateliers dans les écoles et va mettre en place une web radio… »

 

 

Suivre le projet : centro cultural aminata

 

Wakh’art on Soundcloud

logo wakhart roots

L'art comme facteur de développement.
Art as a development factor.
الفن كعامل من عوامل التنمية.
El arte como factor de desarrollo.
विकास के कारक के रूप में कला.
L'arte come un fattore di sviluppo.
艺术作为发展的因素。

Événements

Wakh’Art’s Tumblr

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *