Hot! Angélique Dione

Angélique Dione

J’ai découvert Angélique Dione, via la Toile. Elle m’avait envoyé quelques uns de ces titres sortis. Quelle voix ! Curieuse d’en voir plus, j’invitais Angélique à me retrouver à la Boite à Idée pour une interview Wakh’Art. C’est ainsi que quelques jours plus tard, je rencontrais Angélique… 

 

Quel plaisir de te rencontrer… comment ca va ?

Angélique : « Ca va bien merci. »

Alors, comment définis tu ton art ?

Angélique : « Je fais de la music, certain dirait de la World-Music. Je touche à tout et fais un peu de variété. J’intègre dans mes morceaux des rythmiques sérères parce que je suis d’origine sérère et j’aime cette culture.  Je m’inspire aussi des rythmes zoulous, parce que j’aime beaucoup la musique Sud africaine et j’ai aussi une influence mandingue parce que dans le groupe certain des musiciens sont sossés ou  mandingues. »

C’est-à-dire, dans le groupe ?  Tu as un band ?

Angélique : « Oui, j’ai un band, ca fait dix où onze ans qu’on fait de la musique ensemble. On est sortie de l’Ecole des Beaux-arts de Dakar et on a continué ensemble notre pratique artistique. On est tous devenus des musiciens et professeurs de musique.  Hier, nous étions en répétition jusqu’à deux heures du matin.»

 

 

Professeur de musique ? Est ce que tu es affecté par l’Académie ?

Angélique : « Oui j’ai fait le concours d’état puis j’ai été affecté dans une école. Pour le concours, douze enseignants ont été sélectionnée et j’étais la seul fille. Mon premier poste était à Kédougou. Par la suite, ils m’ont réaffecté à Dakar. C’est difficile d’être enseignants  et d’allier à ça, une carrière musicale. Les enfants te reconnaissent parce qu’ils t’ont vu à la Télévision. Tu es obligé de savoir faire la part des choses. Tu es professeur et tu respects çà !!! »

Comment as-tu démarré la musique ?

Angélique : « J’ai commencé à l’âge de douze ans. Je chantais des reprises de Lara Fabian, Céline Dion. Après je suis partie à la Chorale, j’ai fait huit ans là-bas. Mon maitre de chœur m’a repéré comme étant une soliste. Après cela j’ai été choriste d’Ismaël Lo durant un an. Puis j’ai fait partie du collectif Farafina, avec Gina et Fatim avec lesquelles on a voyagé un peu et faire connaitre notre musique. Parallèlement je faisais de la variété avec Ali Hachem et mon groupe dans les hôtels de Dakar…. »

Le premier album Lou Djogue ti xol.

Angélique : « Le premier album, je l’ai sortie en 2008. L’album était composé de douze titres. Ce premier projet parlait de mes frères jumeaux qui venaient de naitre. J’ai écris sur eux, sur les enfants, sur la vie difficile. Il y’a un titre qui parle de la confiance en soi et du faite de ne jamais baisser les bras… »

Le deuxième projet, Diéné.

Angélique : « On a travaillé avec un Français, qui a écrit une histoire sur la ville de Diéné. Il est tombé amoureux de cette ville. Et l’album parle du maraboutage, des femmes, de la paix entre musulmans et chrétiens. Il a écrit et produit puis j’ai arrangé et interprété les morceaux. »

 

 

Quels sont tes ambitions ou envies sur 2017 ?

Angélique : « Mon souhait le plus ardant est de faire des festivals, des tournées. On voit rarement des sénégalaises et sénégalaises représenter le pays sur l’international… On a du matériel et des morceaux à présenter au monde. On a fait deux albums avec le groupe, le premier est disponible sur la toile. On travaille actuellement sur le troisième album. On espère l’enregistrer en France prochainement. »

Quels artistes t’influencent?

Angélique : « J’aime beaucoup Beyoncé , Aretha Franklin, Yandé Codou Sène, Lara Fabian. J’apprends beaucoup de leurs techniques vocales. »

Quels conseils tu donnerais à une jeune artiste ?

Angélique : « Etre patiente et aimer ce que vous faites. Dès fois on a envie de lâcher ! C’est tellement dur ! Mais il faut s’accrocher et rester humble, tout en ayant  la tête sur les épaules. »

Si tu étais une chose, que serais-tu ?

« La beauté intérieure. »

 

13442283_112663835824673_3512815249250247705_n

 

Retrouver Angélique : Facebook /  Le Site 

 

 

 

 

 

 

Wakh’art on Soundcloud

logo wakhart roots

L'art comme facteur de développement.
Art as a development factor.
الفن كعامل من عوامل التنمية.
El arte como factor de desarrollo.
विकास के कारक के रूप में कला.
L'arte come un fattore di sviluppo.
艺术作为发展的因素。

Wakh’Art’s Tumblr

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *