COUMBIS SORRA, annonce son nouvel album BANDIRABE

COUMBIS SORRA, annonce son nouvel album BANDIRABE

 

L’univers musical de Bandirabé (famille, amis, en peul, ou aussi « l’arbre à palabres africain», lieu où les anciens transmettent aux plus jeunes) est un cocktail d’afromandingue et de blues folk jazzy, et de textes inventifs et engagés qui racontent, dans la longue tradition des griots, et qui touchent en plein cœur.

 

image

 

Coumbis Sorra auteur, compositeur et interprète, développe au fil des années un style musical généreux et radicalement sincère, nous invitant à pénétrer dans un paysage musical à la construction libre, qui évolue sans cesse vers de nouveaux styles. Sa voix magnifique nous fait voyager à travers le temps soutenue par une musique mandingue colorée de touches occidentales. Une musique qui s’adresse à tous les peuples, qu’elle conçoit comme « un fleuve qui se projette dans l’océan de la musique du monde ». Pour son premier opus de 6 titres, Bandirabé, invite à un univers original , un voyage sur un fleuve, pas toujours tranquille, qui prend sa source dans ma culture mandingue et sénégalaise puis traverse de multiples paysages sonores  » Artiste engagée, attachée à ses sources, Coumbis Sorra affirme sa foi en l’être humain, en particulier la femme africaine, toujours au centre de ses préoccupations. Coumbis Sorra, évoluant vers un style empreint de musique mandingue, si
proche du blues, accompagne ce retour aux sources d’un chant vibrant, si sincère que l’émotion passe au-delà du texte, imprégné de préoccupations sociales et humaines qui l’ont toujours motivée dans son art.

 

 

Éléments Biographique :

Coumbis Sorra, auteur, compos itrice et interprète, est née d’une famille griotte de la Casamance,
toute son enfance a été bercée par la musique traditionnelle mandingue et la culture musicale internationale de son père. Ses influences viennent aussi des grandes divas de la musique africaines, telles que Rokia Traoré, Aminata Fall, Yandé Codou Séne et Mahawa Kouyaté ainsi que du blues et de la soul. Après un passage à l’école EXTM de Dakar en marketing communication Coumbis Sorra se consacre à sa passion en suivant une formation musicale pendant quatre ans à l’Amv, où elle perfectionne son chant, la pratique d’un instrument, la guitare, qui deviendra sa fidèle compagne, et le solfège.

Parrallèlement, elle enregistre plusieus single, d’abord dans le domaine du hip hop, sous le nom de Sister Coumbis… Enchaînant des sigles aux textes engagés, avec en 2006, « Mister Président », elle dénonce la mauvaise gouvernance de certains dirigeants africains et la corruption. En 2008, elle dédie le single ‘’Jahjeuf’’ ( en français « merci ») , à tous les rappeurs du Sénégal, surtout ses
aînés du mouvement hip hop : « Le rap est une musique noble. Une fois unis, nous vaincrons car nous nous battons pour la même cause ». En 2010, son single « Niité », en featuring avec le rappeur Aumar Pulho Sow, est un succès. C’est un appel à la dignité, à un comportement responsable. Coumbis Sorra participe alors à des festivals de musique urbaines comme Festa 2h, Waar kamb, entre autres, des compilations avec de grands acteurs du Mouvement Hip Hop Sénégalais et de grands concert et plateaux de télévisions nationales. Dans un ouvrage, la Compagnie Hip Hop de Cambridge cite Coumbis Sorra comme des références, pour sa prestation dans l’album collectif Gotal. Pendant deux ans, elle assure les chœurs de Daby Baldé, artiste qu’elle admire. Devenue l’une des rares femmes reconnue dans le milieu du rap sénégalais, Coumbis Sorra ne se repose pas pour autant sur ses lauriers et poursuit sa formation musicale, au Centre Culturel Douta Seck de Dakar, élargissant ainsi le champ de sa création au-delà des musiques urbaines.

Après sa participation remarquée à la 3ème édition du Festival Mondial Des Arts Négres ( FESMAN) de Dakar, en 2012, elle pose la casquette de Sister Coumbis et dévoile Coumbis Sorra. Avec Farafina mousso, sur une musique plus acoustique, guitare en main, elle aborde des thèmes qui lui sont chers, , en dénonçant les maltraitances faites aux femmes, Accompagnant le Chant, en bambara et français, Kora et guitare s’unissent sur cettee ode aux Femmes qui se battent tous les jours pour la dignité et l’honneur de leurs foyer et enfants. Dans le single Save the children, qui figure aussi dans l’album Bandirabé, Coumbis Sorra alerte sur la situation des enfants des rues au Sénégal.

Elle s’implique aussi concrètement pour cette cause, en fondant l’association Aar gouneyi avec l’aide d’amis occidentaux, qui fournit des vêtements et médicament à des enfants en situation difficile et prend en charge la scolarisation et le suivi médical de certains. Aar gouneyi organise régulièrement des activités avec l’Empire des enfants et le Centre de santé de Ouakam, à Dakar.  » Je veux redonner le sourire aux enfants en détresse et contribuer à sensibiliser le public concernant cette cause qui me tient particulièrement à cœur. »

 

Communiqué Laure Malecot

 

CONCERTS :

  • Le Vendredi 09 Mars 2018 à 18h

Maison de la Culture Douta Diagne

Avenue Blaise Diagne x Rue 25 Médina Dakar

  • Le Samedi 10 Mars 2018 à 21h

Restaurant-Bar LE BALAJO

Poste Fann Avenue Cheikh Anta Diop

Face Centre de Transfusion Sanguine

 

 

SITE WEB : http://www.coumbissorra.com/
Sur YouTube/ Sur facebook / Sur Instagram

CONTACT : Booking  +221 77 155 53 52 / +221 77 614 95 39 / Email: coumbissorra@gmail.com

Wakh’art on Soundcloud

logo wakhart roots

L'art comme facteur de développement.
Art as a development factor.
الفن كعامل من عوامل التنمية.
El arte como factor de desarrollo.
विकास के कारक के रूप में कला.
L'arte come un fattore di sviluppo.
艺术作为发展的因素。

Wakh’Art’s Tumblr

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *