Hot! Dakar Fashion Week 2013

Fashion Week 2013

 

 

Qui dit Fashion Week, dit élégance, séduction, matières nobles, nouvelles tendances, mannequins immenses et créateurs fous. Pour cette onzième édition de la Fashion Week à Dakar, nous avons eu droit à tous çelà. Adama Paris et son équipe ont cette année encore réalisé l’impossible, pour nous présenter dans les meilleures conditions, le travail d’une quinzaine de stylistes aux influences et inspirations variés.

Trois jours, trois podiums, dignes des scènes internationales, je dirais même plus, digne des plus grandes capitales de la mode.  En vrai,  Adama Paris et ses invités, nous en ont mis plein la vue. La Fashion Addict que je suis, se doit de l’avouer. A Dakar, nous avons redécouvert  la grâce, la délicatesse, le raffinement à travers des tenues, plus belles, les unes que les autres. Vous me direz, la beauté est si subjective. En effet, on aime ou on n’aime pas, mais la question n’est pas là.

La vraie interrogation est ; quels ont été les messages lancés par tous ces Fashion Designers pour cette nouvelle année. Quels sont les tendances ? Les matières ? Les colorie ? N’oublions pas que la mode est un témoignage de notre temps, de notre histoire. Tous ces mannequins représentaient ils la femme et l’homme contemporain Sénégalais ? Africains ?

 

 

La Onzième éditions a débuté par une Conférence de presse à l’hôtel des Almadies. Adama voulait présenter au Sénégal, ses invités et ses coups de cœurs pour cette année 2013. Stylistes internationaux aux univers différents, connus ou jeunes débutants, la brochette de Designers était éclectique dans tous les sens du terme. Cette année les mots d’ordres sont Ténacité, Créativité, enthousiasme et tri. Comme dirait Virginie Ayissi, nous voulons une mode plus forte et plus grande. Un retour à nos cultures africaines, tout en restant ancré dans l’innovation et le futurisme. Virginie Ayissi présentait en ce qui l’a concerne des mélanges de cuir tout en revisitant les fonds de tiroirs.

Adama Paris ne s’est pas contenté d’inviter des Designers africains, brésilien, allemand ou moldave, elle a également partagé avec nous, son coup de cœur pour l’humoriste Dorothy Rhau, première humoriste noire au Québec, avec qui elle a arpenté tout en audace les rues et podiums de la Black Fashion Week de Montréal. Dorothy avait reçu Adama chez elle. Cette fois, c’est Adama qui reçu Dorothy à Dakar. Elle avait envie de montrer à Dorothy ce que Sénégal peut avoir en générosité, talents et créativités. Peux être que Dorothy reviendra en 2014, pour présenter son show en Afrique.

La présidente de l’Empire des Enfants, Tata Anta Mbow, était aussi de la partie. Elle n’a pas manqué de rappeler lors de cette Conférence de presse, que les enfants ont une place importante dans nos sociétés, mais que celle-ci n’est pas dans la rue. Anta Mbow a rappelé l’engagement Adama Paris pour cette cause, ainsi que celui d’Idrissa Diop, lui aussi Parain de l’Empire des enfants.

 

 

La femme africaine en 2013, est une femme libre, fière et forte, ancrée dans un univers urbain et moderne.  Légèreté et fluidité sont les tendances pour cette année, en accord avec le climat locale, ce qui n’est pas plus mal. Ainsi, je me suis retrouvée dans la ligne proposée par Sophie Nzinga SY, cette jeune sénégalaise qui, il y’a quelques mois encore arpenté les rues new yorkaises.  Citoyenne du Monde, Sophie est pour moi la Révélation de cette 11ième Editions. Ses Inspirations nous renvoient à San Domingo, ou Blanc, Nacre et couleurs pastel cohabitent pour le meilleur.

Les Tenues traditionnelles sont elles aussi revisitées comme nous le prouve Mame Fagueye Ba, ou la recherche des formes et le mélange des matières créent un passage entre tradition et modernité. C’est avec beaucoup de respect que j’observe les pièces de certains Fashion Designers. Il fallait beaucoup de courage pour présenter des patchworks et des colories aussi vifs, sur ces peaux noires finalement sublimés par la couleur, la géométrie et les matières, comme le fait si bien, Carol Baretto, professeur, designer et femme engagé.

La Fashion Week 2013 prône aussi une Démocratisation de la mode, en présentant l’un de ces podiums à Guédiawaye. « Ce n’est pas parce qu’ils n’ont pas d’argents, qu’ils ne peuvent pas être éblouis ou inspirés. » Amener la mode dans la Banlieue, ca s’était audacieux.  Innover en incrustant des instruments de musique, ca s’était entreprenant.

Mes Coups de cœur pour cette année onzième éditions, se résument en trois noms. Le premier Evgheni Hudorojco, le Moldave. J’ai été surprise par cet homme! Connaissez-vous la Moldavie ? Pays situé entre la Roumanie et l’Ukraine. Quant on m’a dit Moldavie, j’ai pensé Dracula. Avec ses longues robes noires, son conservatisme, ses bustes travaillés et son élégance, nous ne sommes pas si loin des stéréotypes liés au Voïvode Vlad Tepes, qui inspira Bram Stocker pour le personnage du Comte Dracula.

 

 

Mon second coup de cœur, est pour La Fashion Designer, Meryem Boussikouk. La marocaine, qui présenta pour sa troisième participation des Robes plus somptueuses, plus travaillés. Son amour pour le Caftan Traditionnelle est remarquable, et celui-ci lui rend bien. Broderies et perlages, nous renvoient dans un monde précieux, ou toutes les jeunes filles rêveraient d’être une princesse des Milles et une Nuit, une Shéhérazade habillée par M.Boussikouk.

Elie Kuame, l’ivoirien, ce Créateur fou est mon troisième coup de cœur de cette Fashion Week.  J’avais rencontré Eli, l’année dernière. J’adore l’âme de ce styliste pour qui sans crier-garde, on se prend d’affections. Designer de l’année 2013, on a pu le retrouver à la Black Fashion Week de Montréal en Mai, mais aussi à la Fashion Week de New York, plutôt en Février. Archi-texture, Contrastes subtils, volumes, mouvements et sensualité appuient le Désire exacerber, et la sensibilité de cet artiste.  Je m’imagine facilement dans une de ces pièces, digne des plus grandes maisons de coutures.

 

 

Pour toutes ses raisons, on pardonne essaiment à Adama, les heures interminables d’attentes, et petits Couac lié à des événements du genre…  Cette Initiative quoi qu’on en dise est à encourager. Je dirais même plus, une entreprenante tels que Adama Ndiaye de son vrai nom est a prendre en exemple.  Adama Paris a quant à elle, présenté cette année, une collection All in Black, basé sur un retour au Coton. Des robes noires surplombés et sublimés par des Bijoux Fluo. Cette collection présentée à Dakar est en contraste totale avec celle présenté à Montréal, plus coloré, basé sur des Crêpes Plissés, et des Vestes en pagne Tissé.

J’en profites pour Applaudir l’équipe de cette Fashion Week 2013, tout particulièrement Milo, et Océane. Bon Vent à vous…

Photos by David Simon & V.Omar Diop

Retrouver la Dakar Fashion Week 2013 sur

http://www.dakarfashionweek.com/

 

 

Wakh’art on Soundcloud

logo wakhart roots

L'art comme facteur de développement.
Art as a development factor.
الفن كعامل من عوامل التنمية.
El arte como factor de desarrollo.
विकास के कारक के रूप में कला.
L'arte come un fattore di sviluppo.
艺术作为发展的因素。

Événements

Wakh’Art’s Tumblr

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *