Dj Gunshot

Dj Gunshot

 

J’ai rencontré Dj Gunshot, artiste guadeloupéen, de passage à Dakar, lors de la soirée VIP organisé par Yakoma World à la villa aicha, il y’a quelques semaines de çà.  Deux jours plus tard, Gunshot me retrouvait à la Boite à Idée, pour une interview Wakh’Art. Autour d’un rafraichissement, installé sous le manguier, l’artiste se raconte …

 

 

 

Gunshot

« Je suis Dj Hiphop en Guadeloupe et à coté de çà , je suis éducateur spécialisé. Je travail avec des enfants défavorisés et/ou en difficultés. Plus jeune, je jouais au basket en semi-pro et j’avais un très bon lancé à trois points, donc les gens ont commencés à m’appeler Gunshot et j’ai gardé ce nom dans la musique…

La musique a toujours été présente dans ma vie. Ma mère a toujours eu beaucoup de disque de tout horizon, elle avait un « électrophone », les vieilles platines de disques. Un jour, elle m’a offert un « mange-disque », les petites valises Philips qui te permettait d’écouter des disques, elle l’avait acheté à Paris avant qu’on quitte la France pour la Guadeloupe. J’avais des vinyles de Goldorack , Plastic Bertrand , le club Dorothée etc. »

 

 

« Plus grand, j’ai commencé à acheter des disques et j’ai commencé à faire des mixes, des playlists que je mettais sur casquette et que je revendais. Je signais toutes mes casquettes Gunshot. J’ai commencé le métier il y’a bien dix ans maintenant! Un jour, j’ai récupéré la platine d’un pote qui voulait la bazarder.

A partir de ce moment là, j’ai commencé à acheter des vinyles et des compiles entière de morceaux tendances pour l’époque. A chaque nouvelle sortie, j’allais à la boutique Pinup, le store branché de Guadeloupe, un espace un peu comme ta boite à idée, on y retrouvait des Jordans, des sapes streetwear, des albums, etc.  J’ai acheté de plus en plus de vinyles. Dans ma banque de son fut conséquente,  j’ai commencé par faire quelques soirées, puis j’ai accompagné les artistes sur les concerts.

 

IMG_4650-25-08-17-10-20

 

Grace à la musique et à la culture urbaine, j’ai pu rentrer dans tous les quartiers. Je travaillais avec les jeunes dans des ateliers d’écritures, free-styles etc. C’est grâce à la musique que j’ai pu créer un dialogue avec eux et comprendre leur langage. Les jeunes avec lesquels je fais mes ateliers connaissent ma passion pour la musique. Ils savent que je vais à des Festivals, que je collabore avec de grands artistes etc. Ils sont sensibles à ca. Le seul frein pour les jeunes qui veulent s’exprimer sur ce médium c’est le coup du matériel.»

« Depuis mes débuts, les Festivals sont les événements qui m’ont le plus marqué. Le nombre de personnes présentent, les rencontres que tu fais etc. il y’a beaucoup d’artistes internationaux, des légendes, qui viennent en Guadeloupe.  Ils viennent faire des clips, des collaborations, des concerts. Je pense à Diams, Booba, Damzo, à Onyx ou encore Stromae. Il y’a aussi beaucoup d’artistes jamaïcains qui passent en Guadeloupe, je pense notamment à Tirus Riley. »

Le Sénégal

« Ce n’est pas la première fois que je viens à Dakar. Je suis venu en juillet 2016 pour un festival, le BBA. (Festival de Danse Urbaine). Depuis je suis revenu à plusieurs reprises pour mixer, notamment dans les soirées organisées par Yakoma World… Mais du coup je ne connais que Dakar by Night. Je n’ai pas eu le temps de découvrir la ville et le reste du pays.

Concernant Yakoma World, je connaissais Lajoya depuis quelques temps et quand elle m’a invité à nouveaux, j’ai répondu présent. C’est une femme qui entreprend, elle a beaucoup de projet et je pense qu’on va continuer à collaborer. On aime tous deux les challenges. J’espère découvrir le reste de l’Afrique, d’abord musicalement puis ensuite en physique pour aller faire des soirées dans la sous région. »

 

IMG_4358-25-08-17-10-20

 

«  Dans dix ans, je me vois toujours entrain de mixer. J’espère que je serais passé à la phase de production, que je pourrais collaborer avec d’autres artistes, en Afrique notamment. J’aimerais créer un pont entre la Guadeloupe et l’Afrique de l’ouest. Avec l’évolution d’internet c’est plus facile maintenant. »

Merci à Wakh’art. Tu pousses bien la culture d’ici et c’est important. Les carrefours, les rencontres c’est très bien. Longue vie à la création et à ceux qui entreprennent dans les industries créatives. J’aime la musique, j’aime l’art et la culture. J’aime l’Afrique et ce qu’elle représente culturellement et historiquement pour nous Guadeloupéen.

 

IMG_4651-25-08-17-10-20

 

Retrouver Dj Gunshot sur : Instagram / Facebook / Soundcloud

Wakh’art on Soundcloud

logo wakhart roots

L'art comme facteur de développement.
Art as a development factor.
الفن كعامل من عوامل التنمية.
El arte como factor de desarrollo.
विकास के कारक के रूप में कला.
L'arte come un fattore di sviluppo.
艺术作为发展的因素。

Événements

Wakh’Art’s Tumblr

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *