Kach & le Galsen Kuduro

Kach & le Galsen Kuduro

 

En pleine promotion de son dernier EP, Kach et Laye Capsi étaient de passage à la Boite à Idée pour une interview Wakh’Art. Depuis notre espace coloré, Kach se raconte et me parle de ce nouveau genre dont il est à l’initiative, le «  Galsen Kuduro ».

 

 

 

Alors Kach, quoi de neuf ?

Kach : «  Ca va on est là, on se plaint pas »

 

Kach3

 

Ca fait deux ans qu’on ne sait pas vu, que c’est-il passé pour toi depuis ?

Kach : «  En 2015, j’ai sorti un Maxi puis en Mars un Ep intitulé Package Flow. Par la suite j’ai signé sur un label Badman Production et entre temps, j’ai sortie deux ou trois vidéos dont l’une est un extrait de mon Ep et les deux autres étaient des singles. Yacebanks qui a fait le shooting photos et Adjara au make up.

Après çà avec le label, j’ai crée un nouveau style musicale, le Galsen kuduro. C’est un mélange entre Hiphop, Kuduro et Mbalakh. Je voulais toucher un autre publique. J’ai également sorti un son «  Snapper » et un morceau pour la Can intitulé «  Jouer au foot » en featuring avec Admow Flow.

Je suis allé au Luxembourg parce que mon producteur est installé là-bas et il m’a fait jouer dans deux clubs. C’était génial, j’adore le public luxembourgeois. Il y’a une forte communauté Capverdienne et ils ont bien adhéré au style Galsen Kuduro.  La Miss Cap-Vert et Miss Portugal ont même fait des snaps !! Ca m’a fait super plaisir. On m’a mit dans de bonnes conditions et on m’a très bien accueillis.

 

Copyright FIFP_Kach2017_2

 

Cette année, on est aussi allé à Cannes, pour le Festival International du Film Panafricain ; j’ai pu animer le diner de Gala. J’étais très heureux car j’étais le premier sénégalais à participer à ce type d’évènement. A cette occasion j’ai joué huit morceaux. Le lendemain de cette soirée, j’ai rencontré Emmanuel Pi Djob, finaliste de l’émission The Voice 2013. On a tout de suite accroché. Il m’a invité sur scène. De cette rencontre est né un titre, « Get on board» qui figurera dans le prochain album Afro-Soul d’Emmanuel.

Il y’a quelques semaines, on est allé à la Pouponnière de Médina, avec l’association Collecte et Partage, pour faire des dons de lait maternisé et de couches pour les enfants orphelins. Aussi on envisage de faire avant la fin de l’année, un atelier pour les enfants de l’Empire des Enfants  avec l’association les Boubous. On travaille sur ce projet avec KingMow  du collectif RBS Crew. »

C’est génial, les choses ont bien avancés pour toi en 2017. Tu as voyagé, fait de nouvelles rencontres et agis dans le social. Alkhamdoulilah.

Kach : «  Oui c’est vrai ; mais ce que je trouve dommage, c’est que les médias locaux n’ont pas relayés ces informations. Seul Vibe Radio a été là ! Malgré les envois d’emails, de dossier de presse etc, les médias sont toujours absents. C’est triste parce qu’on représente le Sénégal sur des événements internationaux et on est toujours ignorants de nos paires. »

 

Kach8

 

Du coup qu’est ce que tu prépares pour 2018 ?

Kach : « Je suis entrain de faire le tour des studios parce que je prépare mon album. Je rencontre différents producteurs. J’ai commencé à travaillé avec PassaBeat , Degg dadj du studio Alienzik, et Sam Kid, un beatmaker ivoirien.  Je cherche d’autres productions… Il y’aura quelques morceaux dans le style Galsen Kuduro mais il y’aura d’autres choses, du rap, de la trap, quelques samples d’artistes sénégalais. J’espère aussi refaire quelques dates »

 

Retrouver Kach :

Facebook / Twitter/ Instagram

 

 

 

 

 

Wakh’art on Soundcloud

logo wakhart roots

L'art comme facteur de développement.
Art as a development factor.
الفن كعامل من عوامل التنمية.
El arte como factor de desarrollo.
विकास के कारक के रूप में कला.
L'arte come un fattore di sviluppo.
艺术作为发展的因素。

Wakh’Art’s Tumblr

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *