Mariaa Siga

J’ai rencontré Mariaa un matin de Mars à la Boite à Idée. Ce brin de femme à la voix douce et mélodieuse, de retour de Casamance, région dont elle est originaire, faisait une halte dans notre espace entre deux rendez vous dans la Capitale sénégalaise.

«  J’ai commencé la musique très jeune. Je m’amusais à faire des reprises de Céline Dion et autres voix de la variété française à l’école pour mes camarades, qui me le demandaient durant les moments de récréations… Je reprenais tout ce qui me venait en tête.

Une fois on m’a inscrite dans un concours inter-école : « Talent show ». C’était la première fois que je remportais un prix avec ma voix. Par la suite mes parents m’ont inscrit à Jeanne d’Arc et là-bas j’ai pu commencer à apprendre la musique avec un professeur, Mr Sow. C’était le premier pas d’un cheminement vers ce métier que j’ai choisis d’exercer.  

En 2016, j’ai crée une page Facebook, j’ai commencé à me professionnaliser et à penser en terme de carrière. J’ai également été lauréate du Tremplin du Festival Des Vieilles Pirogues

J’inscris mon style dans le genre World music. Je dois dire que je préfère  le reggae mais ma musique se compose de différentes styles et influences ; Jazz, blues, afro. Je joue ce qui me vient à l’esprit. J’essaye de diversifier les choses, de ne pas rester enfermé dans un genre. Je me nourris de diverses influences.

Depuis 2017, j’ai joué dans pas mal d’endroit. Au Petit Zing, durant un an, trois fois par mois puis dans d’autres bars et restaurants à Dakar. Il y’a neuf mois j’étais à Marseille pour un autre projet, avec les Dames de la Joliette et les Urbaines Djelies. A cette occasion, j’ai pu faire une tournée dans le sud de la France et ça c’est bien passé.

Plus récemment, j’ai participé au concours de Baco Records et j’ai gagné. Ce fut une belle surprise, je ne pensais vraiment pas être sélectionné. Ils ont mis en ligne un riddim et chaque artiste devait poser sa version et leur envoyer. Ils devaient sélectionner les voix, qui les intéressaient et les soumettre au vote du public. Grace aux votes, j’ai remporté le concours. C’est un véritable honneur pour moi. La compilation est sortie le 22 février avec des grands noms du reggae mondial.

Là je reviens d’une tournée en Casamance. J’ai pu jouer à l’Alliance Française de Ziguinchor, après çà à la Diaspora au Cap, au Kumpoo à Kafountine.  En Avril je dois aller au Maroc pour faire quelques dates dans de grands festivals, et présenter mon univers. Dans le cadre de mes tournées, je présente mon répertoire mais aussi des chants traditionnels Djola que j’essaye de moderniser. Je les mêle parfois aux rythmiques Zoulou d’Afrique du Sud. Je trouve qu’il y’a beaucoup de points communs entre ces deux cultures et je pense que les gens apprécient.

Au début avec la famille ce n’était pas facile du tout. Mon père ne voulait pas que je me lance dans la musique. Pour lui c’était les études et rien d’autres. Quand j’ai obtenu mes examens, il m’a laissé cumuler les deux. Quand j’avais des concerts, mon grand frère devait m’accompagner pour rassurer mon père. Aujourd’hui ils connaissent mon quotidien et me soutiennent totalement.

Etre une femme dans l’industrie de la musique n’est pas une chose facile.  Il y’a beaucoup de tentations et beaucoup de personnes mal intentionnées. Il suffit de savoir ce que l’on veut et de ne pas se laisser faire où détourner de ces objectifs. Là seule chose que je conseille c’est de croire en soi et travailler toujours plus. Rester fidèle à soi même et ne pas avoir de chose à se reprocher.  

Cette année j’aimerais sortir mon album. Je l’ai enregistré chez Afrique-Mélo, le studio de Yoro Ndiaye, grâce au soutien de nombreux fans sur kisskissbankbank,  Il est entrain d’être mixé en France par Mael de CITY KAY. J’attends le mois de juillet pour le faire connaître au grand public sur la scène nationale puis sur l’international. Dans cet album, le public reggae où afro beat devrait se retrouver…

Je vis au jour le jour. J’espère que je pourrais offrir ma musique au plus grand nombre.

Retrouver Mariaa Siga sur les réseaux :

Biographie :  https://www.musicinafrica.net/fr/directory/mariaa-siga

Youtube : https://www.youtube.com/channel/UCZvQXr-UTBgpO8UMnp5WMKA

Facebook :  https://www.facebook.com/mariaasiga/

https://www.instagram.com/mariaasiga/

Wakh’art on Soundcloud

logo wakhart roots

L'art comme facteur de développement.
Art as a development factor.
الفن كعامل من عوامل التنمية.
El arte como factor de desarrollo.
विकास के कारक के रूप में कला.
L'arte come un fattore di sviluppo.
艺术作为发展的因素。

Événements

Wakh’Art’s Tumblr

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *