Nasrine Safa

Nasrine Safa

 

J’ai rencontré Nasrine, durant la Dakar Fashion Week 2017. Son travail m’avait beaucoup plu. Nous avions même eu à collaborer. En effet, la photographe avait contribué à nos articles, en nous donnant quelques sublimes clichés pris durant l’évènement international de mode. Aujourd’hui, c’est à la Boite à Idées, que Nasrine me retrouvait pour cette fois-ci échanger autour de sa passion devenue son métier, la photographie.

 

Qui es-tu ?

Nasrine : « Je suis sénégalaise, d’origine libanaise. Je suis née à Dakar où j’ai toujours vécu.

 

 

 

Comment ta passion s’est révélée à toi ?

Nasrine :  » Ma passion pour la photo s’est révélée à l’âge de quinze ans.

Le déclic a été une photo de couverture du magazine Photo ; c’était un portrait connu de Che Guevara. Cette fameuse image de René Burri du Che avec le cigare  a été un véritable déclencheur, j’ai su à ce moment précis que j’allais faire de la photographie.

Tout est parti de là, j’ai commencé à faire des photos et je n’ai plus jamais arrêté.  Je travaillais dans une compagnie pour laquelle je faisais des reportages photos et qui me commandait des images pour illustrer les calendriers. Je réussissais à allier ma passion avec mon travail. « 

 

Photo de Nasrine Safa - DK Fashion Week 2017

Photo de Nasrine Safa – DK Fashion Week 2017

 

Est-ce qu’aujourd’hui c’est une activité que tu as à temps plein ?

Nasrine : « Oui, c’est mon métier. Je suis une photographe professionnelle. J’ai donc créé ma structure ; J’ai pris mon temps et j’ai voulu avoir des garanties avant de me lancer à 100 %. J’ai longuement muri cette décision… et aujourd’hui je remercie la vie d’avoir pu me lancer. Cela reste mon moyen d’expression et de création. Grâce à la photographie, je rencontre des personnes de différents milieux et nationalités. C’est enrichissant. Cela me permet de valoriser la culture de notre pays. Je mets en avant la culture sénégalaise et l’africanité. »

Comment tu définis ta photographie ? Quand on voit ton travail, on sait que c’est toi.

Nasrine : «  Je ne m’en rends pas compte. Les gens me disent qu’ils reconnaissent mon style,  ma signature, ma singularité. Je suis d’ailleurs sollicitée pour cela. Je suis consciente de ce que les gens définissent comme mon regard. C’est ma marque de fabrique. En tout cas, je fonctionne avec l’émotion et le cœur, et mon humilité».

 

Photo Nasrine Safa- Danseur Dexteur

Photo Nasrine Safa- Danseur Dexteur

 

Quelles sont tes spécialités ?

Nasrine : « J’ai commencé avec le reportage. J’ai fait beaucoup de reportages, et de paysages. Ma pratique m’a amenée vers d’autres milieux tels que la mode, le portrait  essentiellement avec des femmes  dans mon studio photo.  Je suis fascinée par l’esthétique et la beauté. Je pense que l’on peut trouver la beauté autant chez une personne que dans un paysage naturel ou urbain.

Est-ce que tu as un projet sur lequel tu travailles en ce moment ?

Nasrine : « Je travaille avec des danseurs depuis 2016. Je les mets en scène dans des endroits différents de Dakar pour créer des photos décalées. Mes projets sont dans la mode, la jeunesse, la culture, et l’accessibilité de mon métier. »

Est-ce qu’il y’a d’autres artistes qui t’ont influencée ?

Nasrine : « Oui, il y en a beaucoup. Le grand photographe de mode, Peter Lindbergh. Il arrive à capter l’essence de la Femme et à la sublimer. Sébastiao Salgado, photographe brésilien humaniste, qui a pris des photos d’endroits sauvages que l’on peut encore trouver sur terre. Aussi dans mes voyages et formations que j’ai faits en Europe, j’ai été influencée par ces photographes qui m’ont formée. En 2006, j’ai participé aux Rencontres Photographiques d’Arles ; j’ai fait un stage en maîtrise et technique du photoreportage de guerre. Mon professeur m’a donné une autre approche de la photo. »

 

photo Nasrine Safa

photo Nasrine Safa

 

Où te vois-tu dans dix ans ?

Nasrine : « Je ne peux pas me projeter, je ne sais pas ce que la vie me réserve. Mon rêve est de continuer à développer mon activité, avoir l’opportunité de travailler, de voyager. J’espère que je pourrai montrer mon art ailleurs, avoir des collaborations avec d’autres artistes. Nous sommes un village planétaire et le partage est enrichissant. L’art n’a pas de frontière. »

As-tu un conseil à donner aux jeunes artistes qui voudraient se lancer ?

Nasrine : «  j’ai appris mon métier sur le terrain et au travers de mes rencontres.  Aujourd’hui,  apprendre la photographie est accessible. Pour la pratique, au-delà de l’aspect technique, il faut suivre son intuition, son cœur, sa sensibilité, son regard. C’est ma démarche.»

 

IMG_20170515_234420_189

 

Retrouver Nasrine 

Facebook : Nasrine Safa Photography

Instagram : nasrinesafaphotography

Website : www.nasrinesafa-photography.com 

Wakh’art on Soundcloud

logo wakhart roots

L'art comme facteur de développement.
Art as a development factor.
الفن كعامل من عوامل التنمية.
El arte como factor de desarrollo.
विकास के कारक के रूप में कला.
L'arte come un fattore di sviluppo.
艺术作为发展的因素。

Événements

Wakh’Art’s Tumblr

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *