Romzy – La mode au masculin

Romzy – La mode au masculin

J’ai rencontré Romzy durant la Dakar Fashion Week. Le jeune styliste d’origine gabonaise présentait sa dernière collection homme durant cette édition 2018. un après midi début juin, il me retrouvait à la boite à idée pour partager le temps d’une interview son parcours. 

 


Comment te présentes-tu ?

«  Roméo Moukagny , d’origine gabonaise, je vis à Dakar depuis 2010. Romzy vient d’un surnom qu’on me donnait quand j’habitais à Mermoz. Un de mes voisins me taquinait et m’appelait « Prési » , diminutif de Président. Un jour sa sœur a commencé à m’appeler Romzy (une contraction de Roméo et « Prési » ) et puis c’est resté. Quand j’ai lancé ma marque en 2015, j’ai décidé de conserver ce nom. Le publique, mes amis, les gens  y compris dans le milieu de la mode oublient même mon prénom, tous m’appellent Romzy. »

 

Romzy photo de bchancelvie

Romzy photo de bchancelvie

 

Pourquoi le Sénégal ?

«  A la base je suis venu à Dakar pour poursuivre des études. J’ai fait une licence à IAM, en gestion d’entreprises et managements. Mais je suis d’abord un artiste, ma première passion c’est la décoration… Du coût, j’ai commencé par faire mes études et en 2014, l’art a pris le dessus. Je venais de finir ma licence et j’allais commencer un master mais j’en ais eu marre. Je ne m’y retrouvais pas, ce n’était pas vraiment ce que je voulais faire.  Je dessinais, j’avais un feeling pour le textile. Je trainais un peu partout, à Médina, en ville, dans les marchés. J’ai vu des tissus incroyables et je me suis dit, on ne peut pas avoir tout çà et vouloir faire de la contre façon.

J’ai donc décidé de rentrer dans la mode par entreprenariat, je voulais faire du business. Je ne suis pas un grand passionné de mode, mais plus un passionné des arts en général. Je me suis dit qu’en utilisant cette matière première si riche, en perfectionnant le travail je pouvais arriver au même niveau que ces grandes marques internationales. J’ai donc décidé de m’investir dans çà. »

C’est donc comme ca qu’est né Romzy, la marque…

« J’ai fait le lancement officiel en fin 2014. En Mai 2015, j’ai lancé la première collection au Complexe Sadia, je dessinais les modèles, choisissais les tissus et faisais appelle à des sous traitants pour coudre et monter les vêtements.  J’aime le bricolage, les choses faites mains, les accessoires… Dans le premier défilé je présentais trois collections d’une trentaine de pièce et j’invitais d’autres stylistes à présenter leurs travaux. Il y’avait Parfait Ikuba et Lahad Gueye. C’était très sympa comme première expérience. Depuis ce défilé est devenu un évènement annuel. Chaque année depuis quatre ans, je présente et j’invite d’autres designers qui évoluent dans la mode masculine à montrer leurs nouvelles collections… Il y’a pas mal d’amoureux de la mode, pas mal d’hommes qui apprécient la mode et viennent à ces rendez vous. J’ai d’ailleurs beaucoup apprécié la Dakar Fashion Week de cette année, parce que pas mal de défilés ont démarré avec des collections masculines. »

 

Romzy collection photo de Sewedo

Romzy collection photo de Sewedo

 

Romzy et la Dakar Fashion Week

«  Quand je ne connais pas quelque chose, je vais vers ceux qui ont une maitrise du sujet et j’apprends à leurs cotés. Je suis tombé amoureux de la mode à cause de la Dakar Fashion Week. En 2013, j’ai rejoins l’équipe de la DKFW grâce à le mannequin Aminata Faye qui m’a invité à me rapprocher de l’organisation. Je lui faisais par de ma soif d’apprendre et de ma volonté d’aider l’équipe, de prêter mains fortes. J’ai fait2013, 2014,2015 etc. Chaque année j’y allais. C’est vraiment là-bas que j’ai appris à organiser un défilé. J’ai rencontré pas mal de stylistes, je ne connaissais pas ce milieu, donc je n’ai eu aucune gène pour discuter, interroger et échanger. Cette année j’ai vu la sélection des mannequins hommes, du cout j’ai postulé direct, je voulais trop les habiller, ils étaient top, et je voyais bien mes veste sur  chacun d’eux. J’ai eu la chance d’être sélectionné c’est comme ça que je me suis retrouvé à présenter mon travail sur cette édition au Défilé à l’Ambassade de France. C’était une belle opportunité pou faire des contacts, rencontrer de potentiel acheteurs… C’était trop bien, une bonne première expérience en tant que designer. »

La nouvelle collection.

« Je ne lui ai pas donné de nom et d’ailleurs je travail sur autre chose actuellement. Pour cette collection j’ai travaillé sur les matières tissées et les rayures noires et blanches. Ma matière première ne vient pas du continent mais j’ai opté pour des coupes ethniques et traditionnelles et des techniques de tissage inspiré du continent. J’ai voulu travaillé avec ces matériaux parce que ceux sont des matières difficiles et elles ont un coté plastique. Dès que tu les coupes, tous s’effilochent mais j’aime les challenges et cette tendance pour le plastique. J’ai aussi joué sur les motifs tribaux avec des perlages. C’est un peu ma signature. J’ai cousu de mes mains la moitié de pièces présentées. Je suis fière d’avoir pu faire ca pour cette collection.»

 

romzy colletion - photo de Sewedo

romzy colletion – photo de Sewedo

 

As-tu des designers qui t’ont inspirés ?

«  Oui, je kiffe Balmain. Je me retrouve dans cette marque. Parfois je ne sais plus où donner de la tête. Je regarde leurs défilés en boucle. J’aime aussi Dolce Gabbana parce que j’aime les incrustations. Coté travail, j’aime bien Adama Paris. C’est une bosseuse, elle se bat depuis des années. J’ai vraiment appris à ses cotés  c’est un mentor, j’aime apprendre avec elle, parce qu’elle a ce sens de l’organisation… Après je suis pas mal de designers sur instagram. Quand j’ouvre mon instagram j’ai l’impression que c’est un magazine avec une source inépuisable d’informations et d’inspirations. »

Ou te vois-tu en 2023 ?

«  Peux être au Gabon, peux être encore au Sénégal.. Peux être ailleurs. Pour l’instant je suis bien à Dakar et les choses se  passent bien pour moi. J’espère que j’aurais plus de réalisations à mon actif. J’espère que j’aurais un atelier, avec des artisans handicapés. J’aimerais donner leurs chances et tous ces gens en marges qui portants ont du talent et de la volonté… J’espère que je vivrais de mon art. »

Un conseil ou mots de la fin ?

« Lors qu’on veut se réaliser, il faut croire en soi et toujours se dire qu’on a jamais finis d’apprendre. Il faut rester humble. L’humilité nous propulse plus loin. Aussi je dirais qu’il faut se battre et ne pas baisser les bras. Créer de la valeur à partir de ce que vous faites. »

 

Romzy collection photo de sewedo

Romzy collection photo de sewedo

 

Retrouver Romzy sur Instagram, Facebook ..

 

Wakh’art on Soundcloud

logo wakhart roots

L'art comme facteur de développement.
Art as a development factor.
الفن كعامل من عوامل التنمية.
El arte como factor de desarrollo.
विकास के कारक के रूप में कला.
L'arte come un fattore di sviluppo.
艺术作为发展的因素。

Événements

Wakh’Art’s Tumblr

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *