Sabrina Calonne & le projet Art+ Casamance

Sabrina Calonne & le projet Art+ Casamance

 

J’ai rencontré Sabrina il y’a quelques jours à la Boite à Idée. Elle était alors venue pour me présenter son projet Art + Casamance.

 

 

 

Sabrina Calonne

« Ca fait dix ans que je travaille dans le secteur de l’art contemporain. J’ai travaillé pour des collections publiques en France, pour des évènements, pour des artistes, et en accompagnement de porteurs de projets.

Au fond ce qui m’a toujours motivé, c’est la question de l’accompagnement des artistes, dans la diffusion de leur travail, dans son interaction avec le monde qui l’entoure.

Je suis arrivée au Sénégal, à Ziguinchor, début 2015. A ce moment-là je n’avais pas de projet défini. C’était plus, pour moi, un temps d’écriture et de recherche. Mais je n’ai pas pu m’empêcher de chercher des artistes contemporains à Ziguinchor et dans la région de Casamance, qui est en plus enclavée. »

 

IMG_7388 - copie

 

Le projet Art + Casamance

« J’ai rencontré un premier artiste, par le biais de l’Alliance Française de Ziguinchor, Abdoulaye Cysso Mané. Il m’a informé qu’il préparait une exposition collective avec des artistes de la région au Grand Théâtre National de Dakar avec le soutien du Centre Culturel Régional de Ziguinchor. Alors je suis allée au Centre Culturel et j’y ai rencontré différents artistes qui ont attiré mon attention. Michael Daffé, Léon Paul Diatta, Joachim Bassène et puis d’autres comme Thio Bass et des professeurs d’arts plastiques qui ont une pratique artistique.  Je suis allée les revoir dans leurs ateliers. J’ai trouvé ces échanges passionnants.

Tout d’abord leur travail plastique est très connecté à la culture djoola et l’histoire récente de la région. Ensuite, je me suis aussi rendue compte qu’il y a peu de dispositif d’accompagnement des artistes en Casamance… Finalement les artistes deviennent des auto-entrepreneurs dans le meilleur des cas. Ils essayent de se débrouiller par eux-mêmes pour vendre leurs travaux. Ils s’adaptent au marché, ils reformatent leurs œuvres pour pouvoir les vendre plus facilement.

Du coup c’est assez éloigné de l’image de l’art contemporain sénégalais que l’on a quand on est à Dakar. On voit qu’il y a une vraie césure entre la capitale et les régions. Je me suis dit qu’il y avait là quelque chose à partager.

Art + Casamance articule des films documentaires courts, des expositions virtuelles en ligne, des catalogues d’œuvres. C’est un peu un carnet de voyage en ligne, mais aussi un support de médiation culturelle et une structure de diffusion artistique capable d’accompagner les artistes dans la conservation, la valorisation et la vente de leur travail. »

 

_MG_6911 - copie

 

 

Le processus de création

« J’ai commencé par enregistrer, prendre des notes, reprendre une pratique journalistique que j’avais laissé de côté depuis plusieurs années. Puis je me suis dit qu’avec le numérique et Internet on pouvait monter quelque chose pour les artistes, afin de leur donner un retour critique sur leur travail, pour les connecter à un autre public. Les artistes ont besoin de critique et donc de retour du public pour progresser dans leur démarche.

Avec Internet, on s’est également interrogé sur la façon d’utiliser le numérique dans la narration, de penser « numérique », donc de prendre en compte l’interactivité. A travers le projet, on met en récit leur contexte de travail et on crée une histoire autour de leur vie.

Pour ne pas déconnecter le projet de la Casamance, on a cherché un lieu pour présenter leur travail et cet univers numérique. On a trouvé un cinéma abandonné de Ziguinchor. On a choisi de l’utiliser comme toile de fond, pour installer les expositions. L’espace a une architecture et une lumière magnifiques. Le vieux cinéma rappelle de bons souvenirs aux gens de Ziguinchor qui plus jeunes venaient dans cet espace pour voir un film. Le projet participe donc indirectement à revaloriser le patrimoine de la région.

 

Capture d’écran 2017-04-05 à 13.05.19

 

Après cela, les artistes ont dû inventorier leurs œuvres (les mesurer, leur donner un titre, préciser les matières, l’année de réalisation) et nous avons les avons ensuite toutes photographier, c’est-à-dire numériser, pour faire un catalogue en ligne. Puis nous en avons sélectionné certaines pour les expositions virtuelles, pour construire un propos qui reflète leur démarche. Avec ces expositions, les artistes du projet Art+Casamance peuvent enfin se confronter à un public international, composé de professionnels et d’amateurs d’arts contemporain.

Pour chaque chapitre du projet, on sollicite des critiques d’art pour commenter le travail des artistes. Sur le premier chapitre, nous avons eu à travailler avec une Conservatrice de Lille, spécialisée en Art Brut. On a un entretien filmé d’elle où elle porte son analyse sur le travail de Léon Paul Diatta. Pour le deuxième chapitre, c’était une chercheuse en Art Touristique qui a travaillé sur le catalogue d’une collection de 120 œuvres d’art africain de la région et d’Afrique de l’Ouest, appartenant à un particulier qui réside à Ziguinchor, John Lucas Eichelsheim. Pour le troisième chapitre, j’ai travaillé avec Cysso, diplômé des Beaux-Arts de Dakar, qui travaille sur la culture djoola et le conflit casamancais. »

 

Capture d’écran 2017-04-05 à 13.04.55

 

Les chapitres à venir.

« Pour le quatrième chapitre, nous prévoyons un focus sur l’artiste Michael Daffé, artiste auto-entrepreneur de la région. Ses créations sont de différentes qualités car elles s’adressent à différents types de clientèles. Son travail de sculpture est intéressant, l’artiste utilise différents matériaux locaux. Pour le cinquième chapitre, ce serait au tour de Joachim Bassène. Il a arrêté la peinture par soucis économiques. Il donne des ateliers sur la santé, l’éducation, en utilisant la culture pour faire passer des messages d’intérêt général. Il travaille avec des organismes. Mais nous devons encore réunir les financements nécessaires. L’objectif est d’atteindre l’auto-financement grâce à une commission sur la vente des œuvres des artistes déjà en ligne. »

 

En savoir plus sur le projet :

www.facebook.com/artcasamance

www.artcasamance.net

https://issuu.com/sabrinadanielcalonne/docs

 

A+C Rendu 14 - copie

 

Retrouver Sabrina Calonne :

https://sn.linkedin.com/in/sabrina-daniel-calonne-8922261a

http://www.scoop.it/u/sabrina-daniel-calonne

 

 

Wakh’art on Soundcloud

logo wakhart roots

L'art comme facteur de développement.
Art as a development factor.
الفن كعامل من عوامل التنمية.
El arte como factor de desarrollo.
विकास के कारक के रूप में कला.
L'arte come un fattore di sviluppo.
艺术作为发展的因素。

Wakh’Art’s Tumblr

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *