Sarahmée à Dakar – Festa2H

Sarahmée à Dakar – Festa2H

 

Sarahmée était sur la scène du Festa2h Jeudi soir dernier.  Neuf ans après son dernier passage au Festival de Hiphop organisé par l’association Africulturban .  J’avais eu l’occasion d’interviewer l’artiste quelques années auparavant. J’étais heureuse de la retrouver des années plus tard  et cette fois, à la Boite à Idée, au lendemain de sa performance au Festa2h.

 

De passage a la box ‼️ @sarahmeeo en #interview pour #WakhArt soon sur la plateforme culturelle …

Une publication partagée par Wakh’art Sn (@akyasy) le

 

Alors comment te sens-tu après toutes ces années ?

Sarahmée : « Oui ca fait du bien, le retour aux sources. Neuf ans c’est très long. »

Pourquoi cette longue absence ?

Sarahmée : «  Concours de circonstance vraiment. Mes parents sont au Québec tout ca. On est pris dans le quotidien et ca passe vite…en 2017, je me suis dit allée. On y va… Je savais qu’on viendrait faire des choses intéressantes en Afrique de façon générale.  »

Quels sont tes impressions sur le Festa2H ?

Sarahmée : « Super Festival. Quand on est venu en 2008, c’était la troisième édition. C’était déjà des gars sérieux à l’époque, Amadou Fall Ba et toute l’équipe nous avaient bien reçus. C’était bien organisé.  On était plus vers Pikine, Thiès. Là quand je suis arrivée, j’étais vraiment impressionné par la scène, les installations tout çà. Ils ont pris du galon. Le Show hier c’était super cool. J’ai découvert le publique, qui était réceptif. C’était vraiment une super belle semaine de show et de promo. J’ai pu faire quelques radios etc. On est venu faire plus qu’un concert. On a rencontré des gens. L’objectif c’était çà. Développer des contacts, des liens et revenir. »

 

 

Quels autres pays en Afrique de l’ouest tu cibles ?

Sarahmée : « Abidjan. La Guinée, le Mali… Partout ou ils seront ouverts à me recevoir, j’irais. »

Tu es en  « indé » aujourd’hui. Est-ce qu’être signé par une Maison de Disque est l’une de tes ambitions ?

Sarahmée : « Dans les années précédentes on a eu des offres, mais ce n’était pas avantageux du tous. Ils signent beaucoup d’artistes et ils ne font plus de développement. Ils regardent tes views , et te distribuent, mais il faut que tu développes ta carrière. Si tu es dans un label ou il y’a cinquante personnes, tu passes après eux.  L’industrie a beaucoup changé ces dernières années. Il y’a beaucoup d’artistes qui sont en  « indé » et développent leurs carrières.  Quand on avait reçu ces offres, on a estimé que c’était ridicule. Je voulais garder le contrôle sur ma carrière, mon style, ma musique.  Il y’a plein d’artistes qui sont bloqués, qui peuvent pas sortir d’albums, ni faire de collaboration. On a fait pas mal de choses en « indé » durant ces trois dernières années. Des scènes, des collaborations, des interviews et passages en tv. Cette année, on a des offres cool, donc on va voir.  Je vous en dirais plus bientôt. »

Du coup musicalement où en es tu ?

Sarahmée : « J’ai beaucoup de nouveaux sons. J’ai fait pas mal de studio. Là avec l’été, je suis plus sur scène mais à la rentrée, je reprends le studio. J’espère sortir un nouveau projet en début d’année 2018. »

 

Sarahmée - Ina Thiam - Festa 2H

 

Tu as eu de super rencontre ces dernières années ? Qu’est ce que ca t’a apporté ?

Sarahmée : « Kaaris j’avais fait son remix et son équipe avait repartagé le clip. Ca nous avait donné un gros coup de pouce et ca avait attiré l’attention de plein de gens. Quand il était venu à Québec j’avais fait sa première partie. Donc c’était dans ce contexte, qu’on s’était rencontré. Dès fois c’est sur l’instant présent, ceux sont des moments furtifs. Quand j’étais à Paris, j’avais rencontré quelques artistes. C’était sympa de pouvoir échanger. C’était de belles rencontres. Ca motive de rencontrer des gens qui sont à cette échelle. C’est super cool. Je suis pas une groupie mais j’apprécie et salue le travail accompli. »

Par rapport à ta carrière, comment tu fais au quotidien ?

Sarahmée : «  J’ai de la chance, parce que j’ai toujours eu des bosses, très compréhensibles. Je suis resté longtemps dans le même emploi donc j’avais quelques flexibilités. Les collègues étaient super cool. Ils partageaient mes vidéos, venaient à mes concerts etc … Cette année j’ai changé de travail maintenant je travail de chez moi, je peux allée en studio le soir. Je peux m’enregistrer toute seule. J’ai beaucoup plus de liberté. »

Qu’as-tu pensé des femmes que tu as croisées sur le Festival ?

Sarahmée : « Je les ais rencontré. J’ai fait une activité avec toutes les filles qui étaient sur le Festival.  On a pas mal échangé. Y’a du gros talent. J’ai entendu des choses intéressantes. Ceux sont des filles très déterminés. Ca m’a impressionné. C’est facile nulle part mais j’imagine qu’ici ca doit être encore moins facile. Même à Montréal, il y’a de l’argent, des infrastructures mais tout n’est pas égale. Il y’a peu de femmes. Les femmes ici sont très solidaires. Elles se connaissent toutes, elles font des activités sociales ensemble. Je trouve ca géniale. Faut garder le capte, je pense que c’est ca qui est dure. Garder la motivation. Faut se battre dans tous les domaines. »

 

Sarahmée - Ina Thiam - Festa2h

 

Est-ce que tu as un conseil à donner à toutes ces jeunes femmes, qui ont envie de faire quelque chose dans l’art ?

Sarahmée : « Il faut travailler énormément. Chaque jour faire un truc lié à ca. Ecouter, écrire  quelques lignes, enregistrer. C’est vraiment s’auto-discipliné. Tout ca s’accumule. Tous ces petits gestes font que quand tu rentres en studio, ca roule. Tu connais ta matière, tu sais ce que tu fais. »

Est-ce que tu te vois  à 40 ans, maman, mc’s, femme entrepreneur ?

Sarahmée : « J’essaye d’être le plus possible dans l’instant présent. Je ne sais pas à quoi ma vie va ressembler à cet âge là. Il y’a plein de choses que je veux faire. Je veux que ca marche, qu’on avance ensemble. Je travail avec les mêmes gens depuis dix ans, je suis très fidèle. J’aimerais qu’on  arrive à atteindre nos objectifs. »

 

Retrouver Sarahmée sur : Instagram 

Facebook / Twitter 

Remerciement à Ina Thiam pour ces magnifiques photos.

 

Un extrait du Concert :

Wakh’art on Soundcloud

logo wakhart roots

L'art comme facteur de développement.
Art as a development factor.
الفن كعامل من عوامل التنمية.
El arte como factor de desarrollo.
विकास के कारक के रूप में कला.
L'arte come un fattore di sviluppo.
艺术作为发展的因素。

Wakh’Art’s Tumblr

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *