Hot! Simone Gilges

Simone Gilges

Un après midi de Février, devant la Boite à Idée, je rencontrais Simone Gilges. Photographe allemande de passage à Dakar, Simone m’avait contacté quelques jours auparavant, pour une entrevue, dans le cadre de son projet ; Images de Femmes. Après lui avoir fait visiter l’espace, la Boite à Idée, j’invitais Simone à s’installer dans le salon. Autour d’un café, l’artiste me raconta son parcours et les raisons de cette résidence à Vives Voix, d’une quinzaine de jours à Dakar.

 Comment définis-tu?

« Je suis photographe, et artiste. Actuellement, je vis à Berlin. J’Fais de la photographie depuis plus de 20 ans maintenant. A Coté de la photographie, je fais des objets et tableaux avec tissus. Des combinaisons entre la photographie et le tissu. J’Fais quelques rideaux aussi… »

Simone a fait de nombreuses expositions en Europe. En 2008, elle découvre Dakar, lors d’un Workshop, organisé par une Institution pour les relations avec l’Etranger. Simone fait partie des huit artistes allemands invités. L’institution avait invité huit autres artistes, venus de différents pays d’Afrique. Les ateliers tournaient autour de La Mode, l’Art, la Photographie et le Sport.

« Toutes ces rencontres m’ont vraiment ouvert la tête. Cette expérience a changé ma vie. J’ai vu une autre réalité. La générosité des gens m’a touché, leur gentillesse. On discutait beaucoup. Ici, ils sont beaucoup plus ouverts qu’en Allemagne. Là bas, on est trop froid. Chacun à sa maison, ils s’enferment… Ils n’aiment pas partager. »

v  Comment es tu arrivée à la photographie ?

«  Depuis que je suis enfant, je dessine et je fais des collages… Petite, j’ai fabriqué le Grand Livre de Simone. A mon 15ieme anniversaire, j’ai eu mon premier appareil photo. Après je suis allée étudier dans une université, dans une ville, pas très loin de chez moi. Des années après, j’ai découvert Berlin. Il y ‘avait une grande scène artistique à Berlin. »

Simone a fait des études de Photo- design, dans une ville, non loin de sa ville natale. A Berlin, elle se spécialise en Communication Visuelle.  La photographie restera une passion. Pendant ses années folles 1995, de nombreux bâtiments du centre de Berlin, sont abandonnés. Les artistes envahissent la ville. Simone rejoint très vite un collectif d’artistes, nommé Honey-Suckle Compagny où Artistes, Stylistes, Architectes, Musiciens se fréquente et composent ensemble pendant plus de douze ans, on les compara à la Factory d’Andy Warold.

 « L’Art était partout. C’était très cool. Chaque deux semaines, il y’avait une exposition. On faisait la fête ! Maintenant, c’est finis, ils ont repris ou rendus tous les espaces… »

v  Qu’as-tu fais après çà. ?

« Chacun a évolué de son coté. J’Fais mon truc à moi. J’ai édité un journal, Revue pour l’Humeur du Moment. C’est un magazine noir et blanc, qui réunit les œuvres d’amis artistes et quelques thèmes sur lesquels, j’ai travaillé.  J’Fais tous moi-même, production, organisations, distributions et ca demande beaucoup de travail. J’avais gagné une bourse pour payer ce projet. C’est finit maintenant, j’attends la suite.»

v  Est-ce que l’Etat Allemand aide ou investit dans les projets culturels?

«  Plus qu’ici, ca c’est sure ! En Allemagne, c’est difficile pour les jeunes. Si tu n’es pas connue, il ne te donne pas de bourse. J’ai plus d’expériences. Et ca va mieux. Il faut toujours essayer. J’ai eu de la chance de trouvé Vives Voix, qui me reçoit à Dakar pour cette résidence. Mais, c’est l’institution Allemande qui a payé mon billet d’avion pour le Sénégal. C’est la cinquième fois, que je viens dans ce pays. »

En 2009, Simone est revenue au Sénégal, pour le vernissage, Prêt à Partager, à la Galerie du Manège, de l’exposition mise en place suite au Workshop fait un an plus tôt. Depuis, Simone est revenu pour travailler sur un projet avec un photographe dakarois, Mamadou Gomis. Leur idée, est d’alors échanger une image par semaine… Pendant trois ans, ils ont échangés des centaines de clichés de Dakar et Berlin. En Allemagne, ils ont pu trouver un trouver un financement, ils réussissent à éditer le livre ; Dakar-Berlin. Une exposition s’en suit dans la capitale berlinoise. Simone cherche actuellement un espace à Dakar, ou ensemble, ils pourraient présenter leurs travaux… Afin que Dakar rencontre Berlin, comme Berlin a rencontré Dakar, il y’a quelques mois de çà !

v  Peux-tu m’en dire plus sur ton projet Portraits de Femmes ?

 « Je fais une recherche sur les images de femmes dans la monde et leur compréhension de soi même. Je prends un portrait des femmes que je rencontre. Ca me plait beaucoup de faire ce projet ici. Lors de mes précédents voyages, les hommes prenaient toute mon attention. Cette fois ci je suis venue pour les femmes, et ca c’est super ! C’est aussi un projet, sur la solidarité entre les femmes.»

Simone a démarré le projet; Images de Femmes, avec des copines artistes, des musiciennes ; berlinoises, parisiennes et newyorkaises… Dakar était une étape nécessaire pour l’artiste, à la recherche de « femmes fortes ». La photographe part à la rencontre de différentes artistes, pour faire le portrait. Au-delà des femmes qu’elles représentent, c’est leurs environnements, leurs arts, qui passionnent Simone. Quand la photographe aura fait son tour du monde, et qu’elle aura récolté tous ces visages de femmes, elle aimerait monter une exposition, qui deviendrait nomade elle aussi ; et irait à la rencontre des pays visités.

Cependant, rester 3 semaines à Dakar, c’est déjà beaucoup pour l’artiste. En effet, la photographe est aussi maman d’un petit garçon de dix ans, qu’elle a laissé à Berlin. Elle ne veut pas le laisser seul trop longtemps. Et ca se comprend !

v  Qui sont tes Paires. ?

« Il y’a un homme, qui m’a beaucoup inspiré; Marcel Duchamp. C’est l’Artiste plasticien qui vivait entre la France et les Etats-Unis. Avant-Garde, plus tôt que les Surréalistes des années 40 ! C’est le Premier à avoir exposé l’Objet, comme une œuvre d’art. Sinon j’aime bien tous les artistes surréalistes, et dadaïstes. J’aime beaucoup regarder les vieux livres. Les surréalistes ont fait de superbes photos ! Le photographe Man Ray est un de mes favoris ! »

 (N.B : Inventeur des ready-made au début du xxe siècle, Marcel Duchamp exerce une influence majeure sur les différents courants de l’art contemporain. C’est le précurseur et l’annonciateur de certains aspects les plus radicaux de l’évolution de l’art depuis 1945. Il est considéré comme l’un des premiers ou même le premier à pouvoir qualifier « œuvre d’art » n’importe quel objet en accolant son nom à celui-ci. Les protagonistes de l’art minimal, de l’art conceptuel et de l’art corporel (body art), dans leur inspiration, leur démarche artistique et idéologique, témoignent de l’influence déterminante de l’œuvre de Duchamp. Il aurait également, d’après les nombreux essais qui lui sont consacrés, été l’inspirateur de plusieurs courants artistiques dont le Pop art, le néodadaïsme, l’Op art et le cinétisme.)

(N.B : Man Ray fut un artiste aux talents divers qui connut moins la renommée pour ses peintures conventionnelles que pour ses photographies de mode et ses portraits avant-gardistes, ses « ready mades » et ses assemblages expressifs dans lesquels il utilise des matériaux du quotidien. Il demeure l’un des artistes les plus importants de l’avant-garde américaine.)

A la manière de cette génération de photographe, Simone aime travailler en Argentique… Elle produit des Grands Formats et fait les tirages elle-même…

v  Qu’est ce que c’est un artiste pour toi ?

« C’est avoir des sentiments forts. Avoir l’envie de dire quelques choses… C’est quelqu’un qui a envie de faire changer les choses, d’une façon esthétique. Au début l’art a été invité pour donner la beauté aux gens. Aujourd’hui, ca a changé. Ou sont les frontières entre Art, Concept, la Politique ? »

v  Puis-je avoir ton impression sur ce que tu as vu ici ?

« J’ai vu beaucoup de belle chose. L’art est différent ici et en Europe. Ca n’a rien à avoir avec du Grand Concept. J’adore la music d’ici… les tissages de pagnes… Et vous avez des grands photographes aussi… Je crois que le plus grand art, c’est l’art de vivre ici ! »

v  Si tu étais une photo, laquelle serais-tu?

«  Il y’a une photo de Man Ray, une actrice, qui s’appelle Lee Miller. On voit juste les yeux de l’actrice, qui est entrain de pleurer. J’aime bien cette photo. C’est la première à laquelle j’ai pensé.

v  Ton mot de la fin ?

« Il faut rester sincère, par ce que tous ce que tu fais aux autres, revient vers toi. Si tu vis comme ca, si tu fais du bien, il n’y aura que du bien autour de toi. Et l’autre chose c’est, si tu veux, tu peux. Il faut être déterminé ! »

 

Wakh’art on Soundcloud

logo wakhart roots

L'art comme facteur de développement.
Art as a development factor.
الفن كعامل من عوامل التنمية.
El arte como factor de desarrollo.
विकास के कारक के रूप में कला.
L'arte come un fattore di sviluppo.
艺术作为发展的因素。

Événements

Wakh’Art’s Tumblr

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *